Fermer le menu

Les CCI et l’économie sacrifiées sur l’autel du bouclage budgétaire

Edito de Michel Bossi, Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Tarn

Mots clés : 

Michel Bossi, président de la CCI du Tarn

 

Le Gouvernement nous assène un nouveau coup de massue avec un objectif de baisse de 17% de nos ressources fiscales pour le seul exercice 2018.

 

Après une baisse de 35% au cours des 5 dernières années, d’énormes efforts ont déjà été consentis par les CCI : plans sociaux et suppression de plus de 4 000 emplois, abandon de nombreuses missions de proximité, suppression de près de 50 CCI territoriales…).

 

Si certaines CCI métropolitaines peuvent encore espérer survivre, ce n’est pas le cas de nombreuses CCI départementales qui seront inévitablement amenées à disparaître. Qui peut résister à une perte de recettes de 52% en 5 ans. Pour la CCI du Tarn, l’effort consenti ces dernières années s’est porté sur la suppression des emplois, soit 20% de nos effectifs, sur l’abandon de certaines missions : Aérodrome d’Albi - Foires de Castres et d’Albi – mais aussi sur des baisses de participations : aéroport de Castres-Mazamet, association de commerçants ou encore sur l’abandon de projets d’investissement destinés aux entreprises comme l’hôtel d’entreprises d’INNOPROD.

 

Ce nouveau coup de rabot aura inévitablement un impact désastreux sur l’accompagnement des TPE/PME, mais aussi sur la qualité du service de proximité, notre ADN. La CCI du Tarn, s’est constamment impliquée auprès des TPE et PME, auprès des commerçants, des industriels, des créateurs, des hommes et des femmes en formation continue et des jeunes en apprentissage. En matière de formation, les CCI sont devenues de puissants acteurs, elles chapeautent plus de 500 établissements d’enseignement, des centres d’apprentissage aux écoles prestigieuses comme HEC. Elles gèrent encore des aéroports, des ports maritimes et fl uviaux, des palais des congrès et des ponts (ceux de Normandie et de Tancarville). Si la CCI n’a plus vocation à gérer directement l’aménagement de son territoire, j’imagine mal les nouveaux acteurs territoriaux se priver de son expérience et de son expertise qui ont contribué au développement économique du Tarn.

 

L’enracinement des CCI sur les territoires n’est donc plus à prouver selon moi. Je me demande d’ailleurs si cet enracinement n’a pas été perçu, depuis Paris, comme un contre-pouvoir économique que l’on doit faire disparaître. Des compétences supprimées et des moyens fi nanciers divisés par 2... qu’à cela ne tienne, les CCI demeurent, à bien des égards et plus que jamais, l’irremplaçable partenaire des entreprises et des collectivités.

 

Je suis conscient que le redressement des comptes publics doit être l’affaire de tous. Mais j’ai le sentiment que l’effort demandé aux CCI est disproportionné et j’espère que le Gouvernement saura ajuster la contribution des CCI pour être à la hauteur des ambitions qu’il a pour l’économie et les entreprises. Qu’il prendra enfi n en considération l’importance et l’effi cacité de nos missions pour l’entreprise et l’activité économique des territoires.

 

Michel Bossi, Président de la CCI du Tarn

 

Inscription à la newsletter de la CCI

Restez informé de nos actualités, de nos offres,
de nos formations, en vous inscrivant à notre newsletter !

Services en ligne CCI